8-9 octobre 2021, journées de réflexion sur le thème : “Comment défendre une alimentation saine et (surtout) accessible ?”

8-9 octobre 2021, journées de réflexion sur le thème : “Comment défendre une alimentation saine et (surtout) accessible ?”

Annie ONG, adhérente de la Ferme de Saint-Hubert en Loire-Atlantique vous propose de participer les 8 et 9 octobre à 2 journées de réflexion, de formation et d’éducation populaire sur le thème “Comment défendre une alimentation saine et (surtout) accessible ?“, autour du livre « Reprendre la terre aux machines ». L’évènement aura lieu à Le Pin dans les Deux-Sèvres.

Face à l’industrialisation massive de notre nourriture, où en est-on dans la défense d’une alimentation saine, accessible et démocratiquement choisie ? Et corrélativement, où en est-on dans la défense du monde paysan ? Au point mort.

Avec ce paradoxe : alors qu’il y a le plus souvent surproduction agricole, plus de 10 millions de personnes n’ont pas les moyens de se nourrir et près de 26 millions sont insatisfaites de ce qu’elles mangent
tous les jours !

Que s’est-il passé depuis 1945 ?

  • Un effondrement programmé et planifié des paysans et paysannes au point que certaines start-up rêvent cyniquement de leur disparition pour produire à moindre coût des “aliments”…
  • Une nourriture industrielle et une dégradation de la santé humaine
  • Un suicide tous les 3 jours dans le monde agricole…
  • Le départ de 45% des agriculteurs et agricultrices dans les 10 ans à venir et leur non-remplacement…
  • Une prolétarisation toujours plus poussée des paysans et paysannes dont l’immense majorité ne tire ses maigres revenus que de l’aide publique…

Pour autant, nous ne sommes pas restés les bras croisés : luttes paysannes de courants syndicaux restés minoritaires, actions de structures d’éducation populaire dans le monde rural, des démarches de soutien en milieu urbain, implication militante auprès des ministères… Rien n’a permis une inversion de tendances désastreuses dramatiques : fin du métier paysan, abondance d’une nourriture standardisée et frelatée !.. Il est plus que temps sans doute de passer à autre chose et de réfléchir à d’autres modes d’action…

Pourquoi ne pas venir en débattre avec nous ?

Avec d’autres productrices et producteurs et d’autres mangeuses et mangeurs du Grand Ouest, nous vous invitons à vous mobiliser deux jours. Car nous avons besoin de ce temps pour débattre des hypothèses posées sur la table, mais surtout pour aussi envisager tactiques et stratégies à partir d’un
projet politique offensif.

Pour en savoir plus, consulter l’invitation complète :

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *